le courier:Lutte contre la corruption : Menasra déplore le flegme des autorités

le courier

18 jan, 2014
«La corruption est partout, elle est généralisée et les corrompus bénéficient d’une sorte d’impunité». C’est en ces termes que le président du Front du changement (FC), Abdelmadjid Menasra, a décrit l’ampleur de ce fléau qui touche pratiquement tous les secteurs. Il a dressé un constat sans complaisance de l’impact de ce fléau sur la stabilité politique de l’Algérie. Lors de la troisième édition du forum organisé par son parti à Alger consacré à la lutte contre la corruption, Abdelmadjid Menasra a dénoncé le flegme des autorités face à ces scandales de corruption. Pour le président du Front du changement, la corruption constitue une menace sérieuse après le fléau du terrorisme qui a failli emporter l’état. Il a déploré l’impunité dont bénéficient tous ceux qui sont impliqués dans des affaires de corruption. Au rythme où vont les choses, il y a risque d’une explosion sociale a-t-il mis en garde. Dans son analyse de la situation, Abdelmadjid Menasra a estimé que ce fléau constitue un des éléments déclencheur d’émeutes et de contestations sociales. «La corruption fait désespérer le citoyen lequel fait recours à des moyens violents pour exprimer sa colère», a-t-il expliqué. Si le terrorisme a fait des dizaines de milliers de victimes, la corruption tue l’espoir chez le citoyen et freine la machine du développement a-t-il poursuivi. Il a accusé le gouvernement de faire dans la distribution de l’argent au lieu de promouvoir une véritable politique du développement économique. Pour y remédier, Abdelmadjid Menasra a suggéré la moralisation de la vie politique à travers la sanction de tout responsable politique cité ou impliqué dans des affaires de corruption. Toujours dans le même ordre d’idée, il appelé au renforcement de la lutte contre ce fléau à travers l’instauration d’un système d’alerte. Ainsi, le président du FC a appelé à mettre en place une charte que tous les candidats à la prochaine élection présidentielle devront respecter. Même son de cloche et même constat chez le président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AAlCC), Djilali Hedjadj. Invité pour participer au forum du FC, il déploré l’ampleur de la corruption au sein des institutions de l’état. Sur les 48 wilayas du pays, 40 connaissent une propagation de la corruption a-t-il dénoncé. «Les élus locaux, la police, l’administration, tout le monde pratique la corruption», a-t-il dit. Même s’il a reconnu que la lutte contre ce fléau s’annonce longue et difficile, il ne compte pas baisser les bras. Ainsi, il a d’ores et déjà rédigé une quinzaine sous forme de charte qu’il compte soumettre à la probation des candidats à l’élection présidentielle d’avril prochain. Les candidats qui vont approuver les points contenus dans la charte de l’AALC devront s’engager à les respecter a-t-il dit. Toujours sur le registre de la lutte contre la corruption, Djillali Hedjadj compte saisir les pouvoirs publics afin de retirer la loi sur les associations, protéger les dénonciateurs des actes de corruption et permettre aux associations de lutte contre la corruption de se constituer parties civiles une fois que les affaires de corruption passent en justice. Il a promis des révélations sur les scandales de ce fléau dans les jours qui viennent.
Hacène Nait Amara

تعليقات

تعليقات

ربما أيضا تريد مشاهدة...

0 تعليقات على “le courier:Lutte contre la corruption : Menasra déplore le flegme des autorités”

أضف تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

يمكنك استخدام أكواد HTML والخصائص التالية: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

التاريخ الهجري

صوتك يهمنا

مارأيك في المواقف السياسية للحزب

النتائج

Loading ... Loading ...

SoundCloud

الأرشيف

تصنيفات